Plus de 3 ans après l’opération

Déjà plus de 3 ans se sont passés depuis mon opération !

Je souhaite dire à tous mes lecteurs que je vais très bien, à l’aube de mes 50 ans :-)) (en janvier).

Cette opération m’aura permis de faire de très belles rencontres humaines, les liens avec tous les membres du groupe sur Facebook sont très forts. Il y a quelques mois, je suis allée visiter avec un ami opéré du cœur dont je vous ai déjà parlé sur ce blog ( Martial B.) un futur opéré,  Joël. Nous avions fait connaissance sur le groupe, et lorsqu’il m’a appris qu’il devait se faire opérer à Grenoble par le même chirurgien que moi, Eric Arnaud-Crozat, j’ai décidé d’aller le voir à l’hôpital.

Cette visite a fait plaisir à notre nouvel ami, qui avait donc été opéré quelques jours plus tôt. Très important de pouvoir parler de nos ressentis entre opérés du cœur, j’ai déjà évoqué sur ce blog la difficulté de communiquer avec nos proches à la suite de cette opération qui nous « isole ».

Pour moi tous les opérés du cœur forment une grande famille, je prends régulièrement de leurs nouvelles, certains m’envoient spontanément des news 😉

Vous l’avez compris, loin d’être affligée par cette « maladie » ou plutôt par cette malformation congénitale qui a entraîné cette opération, je n’en retire que du positif ! J’ai grandi avec cette épreuve, j’ai appris à relativiser, à écouter davantage, à me réjouir davantage aussi 🙂

Je sais que jamais je ne quitterai mes amis opérés, je resterai toujours présente pour eux !

Publicités

Juste après l’opération

Il me semble important de bien expliquer certains phénomènes qui peuvent se produire après l’opération. Phénomènes qui ont été constatés par d’autres personnes opérées.

Lorsque je me suis retrouvée dans ma chambre, 3 jours après l’opération, je me suis aperçue en prenant un livre que je n’arrivais pas bien à lire. Je lisais, mais les mots ne retrouvaient pas leur sens, je lisais mais j’oubliais très vite la phrase précédente, la page précédente, je n’arrivais pas du tout à fixer mon attention.

L’écriture était difficile aussi, j’avais une écriture toute déséquilibrée, comme un enfant ou un vieillard…

Si on me parlait, ça me fatiguait très vite, je me sentais à 10 000 kms de la conversation, avec un sentiment  » mais de quoi on me parle??? », « je n’imprimais plus » ( clin d’oeil à Muriel Robin), je ne fixais plus mon attention.

Bien sûr cela m’a un peu inquiétée, car je ne m’attendais pas à ça. Si on m’avait dit « surtout ne vous inquiétez pas, pendant quelques jours, une durée variable selon les personnes, vous allez avoir du mal à faire certaines choses simples comme lire, écrire, écouter et suivre une conversation »…

Je vous rassure tout rentre dans l’ordre, il faut être patient, mais tout rentre dans l’ordre rapidement.

Moi qui passe et qui passait déjà des heures pour mon travail sur internet, qui stressais de ne pas pouvoir emmener mon ordi avec moi ( ou du moins de ne pouvoir me connecter à internet) eh bien de la même façon, je n’ai commencé à lire mes mails que plus de 1 mois après l’opération ! Je n’éprouvais aucun intérêt pour les mails, ni pour les réseaux que je « fréquente » habituellement…Je vous rassure, tout cela est bien loin 🙂

Il faut comprendre que nous avons été soumis à une anesthésie importante, que nous avons vécu un tsunami, que tout notre être sort d’une aventure incroyable, il faut laisser le temps à notre cerveau de se reconnecter correctement, laisser le temps à notre corps d’éliminer tous les produits anesthésiants.

C’est en pensant aux futurs opérés que j’ai souhaité vous faire part de ces ressentis, comme ça vous n’aurez pas peur, car vous repenserez à ce que je vous ai confié aujourd’hui !

CONTACTS SUITE AU BLOG

Comme je suis contente d’avoir des commentaires via ce blog ! En les lisant je me dis que mon but est atteint, éveiller l’intérêt du lecteur, souvent ce sont des personnes qui ont été opérées ou qui vont l’être, leur faire passer un message d’espoir, un message positif, c’est génial.
A aucun moment je n’ai tenté de soulever la pitié, je pense que mon optimisme se ressent à travers ces pages.
Je viens de lire un message d’une personne qui a connu 2 cancers, (d’ailleurs j’ai mis un lien vers son blog dans la liste des liens), et je me suis souvenue de ma réaction à l’annonce de la nécessité de m’opérer : je ne cessais de dire, et de me dire, je préfère mille fois une opération qui est aujourd’hui maîtrisée, une opération de « plomberie » comme dit le chirurgien, qu’un cancer, fourbe, imprévisible, indomptable !
J’ai lu tout son blog, très bien écrit vraiment, j’ai été très touchée par ce récit. Il ressort qu’en effet, le praticien compte énormément dans cette expérience de la maladie. Cette personne n’a pas été diagnostiquée assez tôt, le praticien était incompétent, négligent ! Pour ma part, mon médecin traitant a pris l’initiative de me diriger vers mon cardiologue dès qu’il m’a auscultée, sentant que les choses s’étaient aggravées, il ne s’est pas contenté de dire  » oui voilà ça bat un peu plus fort qu’avant mais bon… »non il a su prendre l’initiative , et je suis allée revoir le cardiologue sans attendre.
Et ainsi, tout s’est enchainé sereinement, cardiologue, chirurgien, opération, pas de panique, pas de mauvaise surprise.

C’EST LA RENTRÉE …1er septembre 2009

Après cette longue période estivale, c’est la rentrée! La température commence à baisser ça fait du bien! Les bonnes résolutions reviennent au galop,  » faut que je fasse du sport » , « faut que j’aille à la piscine régulièrement » etc…
Dimanche journée » pêche et repas » avec assoc des anciens opérés du coeur, anciens oui c’est le cas hum, mais je suis bien contente de faire enfin leur connaissance, avant conférences sur le coeur la semaine prochaine, je vous raconterai!
Je fais une mention spéciale pour stella, qui m’a gentiment envoyé une carte postale de corse où elle a passé ses vacances, très gentille attention, merci Stella!

 

 

Coagulation

Un rappel intéressant sur la coagulation :

« Physiologie de la coagulation : La coagulation est l’aboutissement d’une cascade de réactions enzymatiques entrainant  l’activation en chaîne de toute une série de ce que l’on appelle des facteurs plasmatiques (substances présentes dans le sang). Cette cascade de réactions est régulée par des systèmes activateurs et des systèmes inhibiteurs, le but étant pour l’organisme d’assurer un équilibre de l’ensemble, car toute rupture de cet équilibre peut entraîner un risque hémorragique ( déficit en facteur par exemple) ou dans le cas contraire un risque thrombotique (excès de facteurs activés ou déficit en inhibiteurs). »

Je continue à retrouver la forme 31/05/2009

A Deux mois et 1/2 après l’opération, je suis contente de bien récupérer, ma forme et mes neurones…Cette opération n’est que positive, je respire mieux, je n’ai plus ces coups de fatigue qui venaient sans prévenir, je me sens vraiment bien.

Je vais téléphoner dès mardi à la présidente de l’association des opérés du coeur, je me sens maintenant tout à fait capable de prendre la voiture et d’aller à Grenoble pour visiter les personnes prochainement opérées.

24 mars 2009…J + 14

J’ai regardé l’émission hier soir, ce qui m’a surtout interessée, c’est la démonstration faite sur le massage cardiaque et l’usage du défibrillateur.

Sinon, je suis restée « sur ma faim », j’attendais davantage de précisions sur le fonctionnement du cœur et des valves, mais le débat est resté orienté sur les infarctus et les coronaires.

Aujourd’hui il pleut, c’est le premier jour depuis que je suis à la Clinique. Mais quelle importance que la pluie ! Je vais bien, et égoïstement, pour moi c’est tout ce qui compte aujourd’hui !

Je dois partir demain pour le centre de rééducation à St Hilaire du Touvet.

A 12h45 précises, l’infirmière vient m’ôter le pansement que j’avais sur le ventre et à l’aine. Elle m’a conseillé de me laver simplement à l’eau et au savon et de bien sécher. Puis je me suis promenée dans le couloir, j’ai descendu et monté quelques marches.

Le docteur Dreyfus est passé me voir quelques minutes. Puis on m’a fait une échographie, et je suis aussi descendue pour faire des radios.

Puis j’ai dormi un peu dans le fauteuil, et enfin j’ai préparé mes affaires puisque demain le vsl vient me chercher vers 10h pour m’emmener « aux petites roches ». Ma dernière nuit à la clinique Belledonne.

Pourvu que le personnel soit aussi sympa qu’ici ?!

23 mars 2009 …J + 13

Plus aucun fil, plus d’aérosol, plus d’oxygène, pus d’efferalgan ni de diantalvic, plus de comprimé anti-douleur… ! Seulement le Préviscan, celui-ci je sais que je le prendrai à vie, un comprimé pour préserver mon estomac, et du Tardiféron (du fer en  raison du sang perdu lors de l’opération), et enfin un lisanxia pour dormir mieux.

Ce soir, j’ai vu qu’il y avait à la télé une émission sur « le cœur et les artères » je vais regarder.

22 mars 2009…J + 12

Depuis 2 nuits j’ai retrouvé un bon sommeil, aidée seulement par un comprime de lysanxia. L’infirmière me réveille vers 1h du matin pour me faire dans la cuisse une piqûre, pour la calcie, en attendant que Préviscan prenne le relais. Hier j’étais quand même bien fatiguée d’avoir parlé comme ça, et puis d’avoir fait mes premiers pas dans le couloir !

Une infirmière est venue pour ôter tous les fils, même les grands fils bleus qui se trouvaient sous le pansement, je n’ai rien senti du tout.

Ce matin grande toilette, rasage des jambes avec le rasoir électrique, et je les ai rincées sous la douche, comme ça fait du bien !  D’ici 2 ou 3 jours, je sais que je vais quitter Belledonne pour les Petites Roches, ça va me faire bizarre, j’ai pris mes habitudes ici !

Maman est venue et m’a trouvée nettement mieux, elle était étonnée que le kiné me fasse marcher dans le couloir, et même descendre quelques marches et les remonter ! La cicatrice est vraiment plate et discrète.